Amiens et les lieux de mémoire

de la bataille de la Somme

En  ce début d’automne, toutes les classes de 3ème se sont rendues successivement à Amiens et dans la Somme dans le cadre de leur programme de français et d’histoire.

A Amiens, ils ont visité la demeure dans laquelle Jules Verne vécut de 1882 à 1900.

 

Elle abrite maintenant un musée qui évoque sa vie, son œuvre et son action publique. Sur quatre niveaux, à partir d'ouvrages et d'objets ayant appartenu à Jules Verne ou de son époque, la maison recrée l'atmosphère d'une demeure bourgeoise de la fin du 19ème siècle.

 

La vie et l'histoire amiénoises de l'époque est retracée à l'aide de photographies, d'affiches et d'écrits de l'auteur.

Au programme : visite guidée et animations « quizz » sur le maître des lieux.

Certaines classes se sont ensuite rendus au musée « Somme 1916 » qui se trouve dans la commune d’Albert. Il est aménagé dans un souterrain qui servit d'abri anti-aérien lors de la Seconde Guerre mondiale

 

Dans la galerie, des armes et équipements militaires sont exposés ainsi que des affiches, des articles de journaux et des photographies. On peut y voir aussi des reconstitutions de scènes illustrant le quotidien des soldats dans les tranchées lors de l’offensive franco-britannique de 1916 pendant la Bataille de la Somme.

D’autres groupes ont visité le Trou de mine de La Boisselle appelé encore La Grande Mine. C’est un lieu de mémoire important de la bataille de la Somme. D’un diamètre de 90 mètres et de 22 mètres de profondeur, il résulte de l'explosion de près de 35 tonnes d'explosifs.

Ils ont ensuite découvert le mémorial franco-britannique de Thiepval. En plus du monument commémoratif, on peut y voir un cimetière militaire où sont inhumés des soldats français et britanniques et un centre d'accueil et d'interprétation.

Les élèves et leurs enseignants ont terminé cette journée pour le très beau mémorial de Beaumont-Hamel. Il honore les soldats canadiens de Terre-Neuve morts durant la Première Guerre mondiale.

 

Il se déploie sur les trente hectares du champ de bataille sur lequel le Régiment royal de Terre-Neuve fut quasiment anéanti le premier jour de la bataille de la Somme, le 1er juillet 1916.

 

A côté des monuments commémoratifs, on voit encore bien des vestiges du champ de bataille. Des portions de tranchées ont été préservées de même que des cratères d'obus.